| Quierzy, résidence royale | La Grande Guerre | La Guerre 1939-1945 | Autour de QuierzyLiensContact

 

L'invasion allemandeLa première libération | Les combats de 1918 | Les tranchées à Quierzy | La reconstruction

 

Des Américaines à Quierzy
1917-1924



Le griffon, insigne du CARD,
inspiré du fronton de la porte du château de Blérancourt

Affiche de l'AFFW

Quierzy, envahi par l'armée allemande dès l'été 1914, reste à une douzaine de kilomètres le front qui se se fixeau sud-ouest du village après la victoire de la Marne. En mars 1917, les allemands detruisent systématiquement toute la région avant de se retirer sur la Ligne Hindenburg établie à une douzaine de kilomètres à l'est de Quierzy.


Juillet 1917, la section civile du Comité Américain pour les Blessés Français s'installe à Blérancourt

Malgré la proximité du front, en juillet 1917, 
Anne Morgan, fille du banquier américain J.P. Morgan, installe, à 6 kilomètres de Quierzy, dans les ruines du château de Blérancourt, au coeur des régions libérées par les allemands en mars 1917, le premier centre de la section civile du Comité Américain pour les Blessés Français (AFFW - American Fund for French Wounded) qu'elle a créee en 1916. Elles sont au débuts au nombre de huit portant un uniforme bleu horizon avec pour emblème le griffon du portail du château de Blérancourt.

Avec le soutien de l'armée (ces femmes préfigurent l'arrivée prochaine des troupes américaines)
, les volontaires américaines se portent au secours des populations restées sur place et favorise le retour des réfugiés en fournissant tout d'abord médicaments, vêtements, mobiliers, outils pour cultiver la terre, ...

Le 1er Corps de Cavalerie français aide à la construction des baraquements des américaines et prête ses ateliers pour l'entretien de leurs indispensables Ford T. Ces dernières font merveille face à l'isolement des villages aggravé par les destructions des routes et des voies ferrées. Au début, l'étonnement est grand de voir des femmes conduire et apporter dans les foyers des produits  venus d'outre-atlantique parfois inconnus, comme le lait concentré ...

Les militaires travaillent également avec leurs chevaux à la remise en culture des terres, objectif prioritaire pour le retour des population.

La section civile encourage la création de coopératives agricoles pour la mise en commun du matériel disponnible. Elle fournit des tracteurs Fordson pour remplacer les animaux disparus, achète du bétail, ...  En septembre, une laiterie est installée dans le château.


Avant l'hiver, un atelier de réparation est ouvert à Blérancourt pour effectuer les réparations urgentes sur les habitations et construire des barraquements  provisoires.

Les volontaires américaines oeuvrent également en faveur de la « reconstruction morale et sociale des populations » en organisant tout d'abord des activités éducatives pour les jeunes gens.

Dans le domaine médicale, u
ne infirmières effectue des visites à domicile, tient une consultation à Blérancourt et dispense des cours d'hygiène pour lutter contre l'insalubrité des habitations.

Après 9 mois de  reconstruction, plus de 800 familles ont été réinstallées. Mais le 23 mars 1918, lors de l'attaque allemande, la section civile doit participer, à la demande de l'armée, à l'évacuation des populations vers les gares les plus proches. A la fin du mois, elle s'installe à Vic-sur-Aisne où elle poursuit son action auprès des réfugiés qui fuient vers le sud.

  Panneau du Card  

Le 31 mars 1918, l'AFFW, qui va se consacrer entièrement à l'aide médicale, et la section civile se séparent. Anne Morgan crée l'American Committee for Devasted France (ACDF), Comité Américain pour les Régions Dévastées de France (CARD). Précipité dans la guerre de mouvement, le CARD évacue Vic-sur-Aisne fin mai pour les environs de La Ferté-sous-Jouarre puis remonte à Château-Thierry libéré en août avant de retourner à Vic-sur-Aisne début octobre sans jamais avoir cessé son action envers les civils et les militaires.


American AmbulanceAFS, AFFW, CARD, ...

Dès le début de la guerre, l'élan philanthropique des Etats-Unis envers la France est immense. En souvenir de La Fayette, de nombreux volontaires américains viennent en aide aux alliés engagés dans le conflit. Différentes organisations se constituent grâce aux fonds collectés aux États-Unis et en France.

Les jeunes américains de Paris constituent
dès 1914 sous l'impulsion de A. Piatt Andrew l'American Ambulance Field Service (AAFS), Service Américain d'Ambulance de Campagne, qui deviendra l'American Field Service (AFS)  et dont la mission est de transporter et soigner les soldats blessés.

L'American Fund for French Wounded (AFFW), Comité Américain pour les Blessés Français, fondé fin 1915 par
Anne Morgan et Isabel Lathrop et essentiellement féminin, fournit du matériel aux hôpitaux français et des colis aux soldats blessés en liaison avec l'American Red Cross notamment.

La section civile de l'AFFW, constituée en 1916 par Anne Morgan, fournit divers formes de soutien pour les réfugiés et les populations des régions dévastées.

En mars 1918, la section civile de l'AFFW devient l'American Comittee for Devasted France (ACDF), Comité Américain pour les Régions Dévastées de France (CARD) et oeuvre jusqu'en 1924.
 

Février 1919, le CARD revient à Blérancourt

Il obtient l'affectation de prisonniers allemands pour le déblaiement des ruines.  Les coopératives agricoles sont reconstituées. De nouveaux tracteurs Ford sont achetés pour les labours de printemps, ils sont prêtés, loués ou vendus aux fermiers.


En mars l'American Women's Hospital s'installe sous des tentes à Blérancourt. Une cuisine roulante du CARD distribue soupe et chocolat chaud aux enfants des écoles. Une première société coopérative de reconstruction est constituée.

En avril, Pétain vient décorer 5 demoiselles du CARD dans les ruines du château. Ouverture de la bibliothèque publique de Blérancourt.

En mai,  le "Comité Américain" en collaboration avec le CRB (American Comitee for Relief in Belgium) prépare des repas chauds à midi pour les enfants et
fournit des biscuits distribués au goûter par les instituteurs.

Les volontaires américaines oeuvrent également en faveur de la « reconstruction morale et sociale des populations » en ouvrant des foyers pour y organiser des activités récréatives ; cours de menuiserie, école ménagère, séances de cinéma, théatre, ...



Le foyer construit à Quierzy par le C.A.R.D.
(transmis à la commune de Quierzy le 1er avril 1923)

 
En juillet, le CARD organise une fête de la Victoire à Coucy.

En août, Ann Morgann achète les ruines du château de Blérancourt. Sous l'impulsion du CARD les sociétés coopératives de reconstruction des 18 communes du bas canton de Coucy se regroupent  en consortium.

En novembre, l'atelier de reconstruction reprend ses activités sous la direction de Charles Ponce.

Le CARD organise encore des activités pour les jeunes gens, un réseau d'infirmières-visiteuses, des bibliothèques, des foyers, des jardins d'enfants, en encourageant le sport et le scoutisme, en organisant des fêtes afin de retisser le lien social.

L'aide américaine permet aussi de se familiariser avec les produits Made in USA ; lait concentré Borden's, machine à coudre Singer, voiture et tracteur Ford, téléphone Western Electric
, ...


Affiche du CARD     Affiche du CARD     Borden

   

Les Éclaireurs de la France Dévastée

Le Comité Américain pour les Régions Dévastées, dans son œuvre de reconstruction matérielle et morale et d'aide aux populations va jouer un rôle important dans le renouveau du scoutisme en France après la première guerre mondiale. Le Comité suscite en effet la création en 1919, sur le modèle des Boy Scouts of America, des Éclaireurs de la France Dévastée (Boy Scouts of Devasted France), les équipe et les réunit en camps.
En juin 1920, le Grand Palais de Paris accueille une troupe de Boy Scouts of America, invités par le CARD à faire des démonstrations en France peu avant le premier Jamboree de 1920 à Londres.
Le CARD organise ou finance des camps scouts durant les étés 1920, 1921 et 1922 à Blérancourt, au Francport, Corcy, Anizy-le-Château, Boullay-Thierry, Saint Crépin, ... L'influence américaine y est importante. Pour les filles le CARD s'appuie sur les Camp Fire Girls, un mouvement proche du scoutisme alors important aux Etats Unis, et un camp "d’Eclaireuses" est notamment organisé à Corcy, en Forêt de Retz.
Le Comité crée en 1921 un camp-école à La Croix-St-Ouen et au Francport, en Forêt de Compiègne, qui constitue une date historique pour le scoutisme français.
Cette même année 1921, une troupe de scouts est créée à Quierzy.
En 1923, les 45 unités d'Éclaireurs de la France Dévastée s'agrègent aux Éclaireurs de France (laïques) ou aux Éclaireurs Unionistes de France (protestants), la fédération prônée par le CARD ayant échouée. Le CARD fait la même année don du château de Cappy, près de Verberie dans l'Oise, aux Éclaireurs de France et Éclaireurs Unionistes de France, qui s'unissent pour y créer un centre de formation commun.
Plus d'informations : Scoutopedia

Prière scoute

Stetson service hat

Après la fin des hostlités et la loi de Solidarité Nationale du 17 avril 1919, un Comité d’Action pour les Régions Dévastées (CARD) sera créé en avril 1921 regroupant les sinistrés de 12 départements (Aisne, Ardennes, Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Nord, Oise, Pas-de-Calais, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Seine-et-Marne, Vosges) confrontés aux destructions causées par la Première Guerre mondiale ...

"L'Œuvre de Reconstitution et la Solidarité Française", édité en 1925 par le Comité d'Action des Régions Dévastées sur Gallica BNF

AFS History

Le fonds photographique Ann Morgan

http://www.museefrancoamericain.fr/

Des américaines en Picardie : Au service de la France dévastée 1917-1924Des américaines en Picardie : Au service de la France dévastée 1917-1924
Réunion des Musées Nationaux (30 avril 2002)

Après la guerre